vendredi 14 novembre 2008

Vigilance est mère de sureté

Petit jeu entre amis : amusez vous, à froid, à rechercher des signes qui auraient pu vous alerter si vous aviez du vous engager par cette porte.
Dans tous les cas, une attaque doit être coordonnée (pas d'attaque de l'extérieur si des binômes sont engagés) et une situation peut vite évoluer
=> vigilance individuelle et collective
.

-Au passage- à quand la mise en place d'un code commun d'évacuation d'urgence?
Un code rouge (déclenchement de toutes les sirènes des véhicules) pour annoncer une évacuation suite à un risque imminent ne serait-il pas intéressant ?

2 commentaires:

Anonyme a dit…

Bonjour,
la BSPP a mis en place (depuis l'accident sur feu de garage ayant entrainé la mort de 2 sp) une procédure de sauvetage des SP.
alerte repli: annonce radio pour l'évacuation de tout les personnels engagés, mise en place de corne de brume dans tout les engins pompes (FPT et PS). Ces cornes de brumes doivent etre placés au niveau du TGR (tableau de gestion des reconnaissances). Cornes de brumes ou tout autres moyens actionnés pendant une minute. Dans mon CS nous avons (les s/off) des sifflets dans nos veste de feu. Ceci pour alerter les personnels non munis de radio! De plus le chef de détachement peux demander le "renfort secours" dans sa demande de moyens lorsque des personnels manque à l'appel. Ce renfort est constitué de: 1fourgon, 1 ambulance de réanimation, le GREP (explo longue durée) et le GRSD (groupe de recherche et de sauvetage déblaiement) tout ce monde dédié au sauvetage du SP.
Voilà, je pense un bon début!!
amicalement
GIB

Stéphane a dit…

Excellent, GIB !EN 94 point d'alerte repli ou de sifflets. Mais la "Brig" n'hésite pas à régulièrement prendre l'initiative dans beaucoup de domaines et en priorité la sécurité !
Des choses existent à l'étranger et notre chauvinisme freine des 2 pieds: "Si on va voir ailleurs c'est que l'on est pas capable de le faire seuls?"
Certains, pour de sombres jeux d'influence et de pouvoirs refusent l'évidence sous prétexte qu'ils n'en n'ont pas la paternité !Chacun veut se récupérer le "bébé" pour en récolter les futiles lauriers.
En attendant certaines décisions très pragmatiques et très simples à mettre en place pourraient sauver des pompiers, peut être demain, sur une intervention qui tourne mal !
Rendons hommage aux pionniers qui comme Stéph Moriso se sont battus contre des moulins à vent, convaincus qu'ils étaient du risque qu'encouraient les pompiers français à rester dans l'ignorance des phénomènes thermiques et des procédures d'engagement adaptées. L'histoire leur a donné raison ...
Et pour ceux-là, la reconnaissance du service rendu s'impose d'elle même, celle de la Grande Famille. Merci à vous tous, anonymes, qui donnez sans compter !