mardi 6 novembre 2007

RETEX feu d'Orgeval

Merci à David Cruchet du csp PSY pour ce document aussi complet qu'objectif






















5 commentaires:

Etienne a dit…

Juste quelques remarques objectives pour faire avancer constructivement le « schmilblick… »

* Investir ensemble dans la Prévention des incendies domestiques dont 1/3 sont d’origine electriques, imaginons le feu suivant en pleine nuit…sans Daaf, même avec la porte palière entre RDC et sous sol fermée …bilan humain autrement plus dramatique non ?
(NB : oui à « FERMER » les portes des pièces / et celles entre étages avant d’aller se coucher pour limiter le développement du feu comme la propagation des fumées…)

* Feu dans un volume moyen (configuration en « L » du sous sol), avec un plafond rabbaissé mais une charge et un potentiel calorifiques conséquents // versus un apport d’air limité AVANT l’arrivée des SP…(même si la porte du garage est ouverte à l’arrivée des secours…) :

d’où un feu sous ventilé, au développement freiné faute d’air, nota le plafond fumées bas et très riche, chaleur +++…feu d’apparence « routinier » mais Progression Rapide du Feu à redouter…

* Lors de la reco et pendant l’établissement : pourquoi ne pas refermer au moins de ½ cette porte de garage = tactique d’anti ventilation…(à maîtriser par un sous offcier lors de l’attaque)

CAR dixit le Power point : « le panache noir devient de plus en plus important » ; « les flammes perçent par le soupirail » côté G du pavillon …

= le feu se développe de plus en plus rapidement puisque alimenté en air par la porte du garage laissée grande ouverte, donc dégage plus d’NRJ et de chaleur (surtout au fond du volume avec comme preuve l’embrasement des fumées en TAI à la sortie du soupirail comme les Roll Overs à proximité du foyer initial…)

* Quid de l’alimentation du 1er FPT sachant qu’un deuxième FPT est engagé, qu’on a un doute sur une éventuelle victime au 1er étage…à quand une évolution dans la formation des CA sur les choix alimentation versus BAL devient par ex. comme ici BREC pour reco dans structure…


* VPP un jour tu nous aidera…si un jour nous sommes formés…
Dur de mettre un Ventilateur en dépression/venturi perpendiculaire à l’entrée à cause de la descente de garage, et pas de sortie assez large pour les fumées si VPP… ?

Mais : Si chaleur « écrasante » pourquoi ne pas ventiler en brumisant vers le volume ??? avant de progresser ??? sous TOOTEM…j’attend les remarques des spécialistes de la VPP formés par le CMDT PERSOGLIO

* Radio = Sécurité des SP
Or…par ex. à Houdan elles sont « à eteindre » dès l’engagement dans une structure enfumée car non ATEX (sic !)… « c’est juste pour l’établissement » …(et jouer au cake dans l’engin…)
A quand une formation sur les messages types entre BAT/BAL/CA etc…pour « recadrer » le tir ? 10/4…

* A voir les photos du déblais : squelette d’un matelas ou canapé lit…mousses +++ = Richesse des fumées garanties…

* Axes de formation complémentaires :

- Rappels sur Signes annonciateurs EGE :
Roll Over = repli hors du volume Puis Attaque Massive…Pas de Progression sous Roll Over !!!
Si des morceaux de béton cèdent sous la chaleur et tombent sur le casque de l’équipier…à quoi bon progresser, l’EGE est proche…

- Qui contôle l’air…

- Capeler/contrôle croisé en 1min maxi lors d’atelier

- Progression sous ARI (en aveugle) en eau dans volumes avec obstacles pour être mieux préparer à ce genre de feux au cheminements difficiles (voir vidéo récente sur blog sdis33 : http://flashover33.blogspot.com/)


- Entre les tests du plafond : Attaque des fumées par séries d’impulsions :
JDA 45°/débit moyen pour refroidir/inerter tout en limitant la création de vapeurs et la déstratification de la couche de fumées …(voir le nouveau GNR lances « 3.2.1 Méthode indirectes 1 « p 65 et 71)

Restons humbles et progressons, Ensemble.

Fa² a dit…

Salut Etienne, et tous,

Un petit mail pour répondre à ta question :

Mais : Si chaleur « écrasante » pourquoi ne pas ventiler en brumisant vers le volume ??? avant de progresser ??? sous TOOTEM…j’attend les remarques des spécialistes de la VPP formés par le CMDT PERSOGLIO

Sans me positionner en spécialiste, mais en connaisseur formé par Perso, je vais essayer de répondre à cette question.

Tout d'abord, il faut savoir que nos ventilo de FPT, à turbine, sont de très très mauvais brumisateurs.
Ils ne sont pas fait pour ça, essaye avec une LDT positionnée derrière en bas à droite du ventilo (et que à cet emplacement là) et crache dans la turbine, tu t'apercevras que ça ralenti beaucoup la vitesse de rotation (et donc le débit d'air) et que tu crées une brume sur à peine un dizaine de mètres.
C'est toujours ça, mais c'est vraiment pas top.
Une autre méthode est de faire une flaque d'eau sous le ventilo, mais là encore c'est pas top..

Ensuite, brumiser vers le volume...attention, danger.


Avant toute action de ventilation il faut effectuer une parfaite reconnaissance, prévoir le cheminement de la veine d'air avant le foyer et des gaz chauds, fumées, particules imbrulées,...après le foyer, jusqu'à l'extérieur
Cette reconnaissance permettra de créer un exutoire, indispensable pour évacuer tout ce que je viens de citer et donc ralentir la propagation et abaisser l'intensité de l'incendie.

Dans ce cas, les seuls exutoires que je vois sont la chatière en haut de l'escalier entre le garage et le rez de chaussée du pavillon (et là c'est le drame) et le soupirail vers l'exterieur (là c'est bon). Donc on voit déjà qu'en ayant pas créé un exutoire on devrait pousser une partie des gaz vers le rez de chaussée, pas bon.
Il vaut mieux les laisser sortir par le soupirail et la porte du garage, même si une partie va vers le rez de chaussée (n'en rajoutons pas).

Mais le soupirail est trop petit, je m'explique :

De plus certaines règles sont à respecter entre la surface de l'ouvrant (amenée d'air) et la surface de l'exutoire, sinon, encore problème.
Le rapport doit être de 1/2 à 2. En clair, la surface de l'exutoire doit être au minimum de la moitié de l'ouvrant et au maximum du double de l'ouvrant.
Si l'exutoire est trop grand, la ventilation n'a aucun effet. (mets un tuyaux de 22 sur un FPT puis agrandi en 45 puis en 70 puis en 110 et regarde ce qui sors au bout...)
Si l'exutoire est trop petit alors danger, car on met les gaz sous pression (pression légèrement supérieure à la pression atmosphérique), cela crée un bouchon de fumées retenu par la pression d'air (ça te rappelles rien ?) avec tout les risques que cela implique.
Au mieux, la pression est suffisante pour tout ressortir par l'ouvrant et les fumées sont renvoyées dans le volume par le ventilo (circuit fermé).

Pour conclure, dans ce cas un ventilateur en pression positive est inutile, voire dangereux.

Il aurait été utilisable en ventilation par dépression (c'est pas de moi, c'est comme ça que ça s'appelle), c'est à dire le ventilo dans le volume, posé au sol face à l'ouvrant à une distance égale à la diagonale de l'ouvrant (comme en VPP) et soufflant vers l'extérieur du volume, mais cela veut dire que le binôme risque fort de se trouver dans le trajet des fumées et gaz chauds, donc une fois encore pas utilisable dans ce cas.

Et enfin, méthode utilisée dans le Var pour ce type de feu et les feux de cave, ils ont acheté du tube en polyane (je suis pas sur de l'orthographe) rond en plastique souple), qui est roulé dans les fourgons et dont le rond fait le diamètre de la grille de sortie du ventilo, il l'attachent avec un tendeur autour de la sortie du ventilo
Lors d'un feu de cave, ils laissent le ventilo à l'extérieur, il mettent cette gaine en polyane entre le ventilo et le fond de la cave, ils coupent à la bonne longueur et ils soufflent, ce qui pousse du fond de la cave vers l'exterieur.
Bien évidement pour faire ça il faut pouvoir aller au fond de la cave pour poser la gaine, donc c'est plus du désenfumage.

Je sais que j'ai été long, j'espère avoir été clair, sinon hésite pas à me demander, ça me fera plaisir de parler un peu de ventilation car à ce que tu dis là :

* VPP un jour tu nous aidera…si un jour nous sommes formés…
Je n'ai pas de réponse, mais je me pose également la question.

Bon courage à tous,
Soyez prudents,
Fa²

Sébastien a dit…

Salut etienne, bien le retex, et bien les questions que tu te poses sur la ventilation opérationnelle.

C’est vrai que sur l’inter, on n’ était pas, nous qui avons quelques mois de recul sur ce nouvel outil.

Il y a une phrase qu’il faut retenir, si tu ne le sens pas tu ne le fais pas.

Car avec ces effets bénéfiques indéniables, il y a des risques induits.

Au vu du retex si déjà le BAT ne rend pas compte à son C/A sur ce qu’il voit, je pense que la mise de la VO est dangereuse.

Pour compléter ce que dit FAFA, sur locaux aveugle uniquement en désenfumage, nous utilisons également cette gaine qui est amené dans la pièce ou il y avait le feu et en plus nous mettons un ventilo en dépression.

Pour la VO , il faut penser en surpression et non pas en veine d’air, même si il ya une veine d’air.

Tu as un feu avec un accés pour les SP, ce sera l’ouvrant un BAT + LDV 500, ensuite il te faut un exutoire rapport proche de 1 avec l‘ouvrant, des moyens radio.

Et tu peux mettre en œuvre (avec la reco qui va bien évidement), en fait pour un même feu c’est la position de l’éxutoire qui va diriger les fumées.

Et respect des consignes, chaque action on rend compte et on accuse réception.

Mais je crois que quelque fois nous ne sommes pas très disciplinés et au-delà de 2 engins pompe et d’une échelle c’est compliqué. Car dans un immeuble il faut contrôler toutes les portes en caler certaines.

Difficile de t’expliquer rapidement en ces quelques lignes, mais je puis t’assurer qu’avec les conditions qui vont bien c’est un excellent outil.

Il faudrait que je puisse t’envoyer mon retex tu pourras alors t’en rendre compte. Salut

Sergent sébastien Wyns

David Cruchet a dit…

j'ai lu "la suite du retex feu d'orgeval" et j'ai quelques réponses a te faire...

1°) en ce qui concerne la porte de garage à fermer au moins de moitié, sachant le système d'ouverture/fermeture de ce type de porte, on a
privilégié le fait de faciliter une éventuelle sortie en urgence de notre binome.

2°) pour le choix d'utiliser le Bal à l'alimentation plutôt qu'en Brec pour la recherche de victime à l'étage, le choix a été rapide puisque cette
reconnaissance a pu être réalisée par l'Epc... facilement car la fumée "commençait" à monter et que la chaleur était nulle....

3°) pour le choix de mettre un ventilateur en "brumisateur" à l'entrée, cette option n'a même pas été envisagée puisque les sorties nécessaires
étaient trop "petites"...et de plus les informations du BAT sur les phénomènes apperçus ne sont jamais "arrivés" au chef d'agrès.

pour conclure, j'attends encore une démonstration "pratique" de la ventilation opérationnelle, qui nous avait été pourtant promise lors de ma FAE....mais c'est vrai: c'était en 2005..(sic).

amo a dit…

merci a vous pour ces documents et commentaires aussi intéressants qu'instructifs et qui a chaque fois font réfléchir et apportent leur pierre a l'édifice.
amicalement